Sélectionner une page

Le fonctionnement de l’entreprise Selon la structure choisie, les règles sont plus ou moins contraignantes. Dans une entreprise individuelle, les règles de fonctionnement sont réduites au minimum, car le chef d’entreprise est seul. Il prend toutes les décisions et assume seul toutes les responsabilités. Dans les sociétés, le dirigeant doit observer un certain formalisme et obtenir l’aval de ses associés pour toutes les décisions affectant la vie de l’entreprise, car il agit au nom et pour le compte de celle-ci. La crédibilité par rapport aux partenaires Pour toute création d’entreprise sous forme de société, son capital doit être conséquent pour approcher certains marchés. Ainsi, le chef d’entreprise est garant de sa crédibilité face aux banquiers, clients, fournisseurs, etc. Par ailleurs, si le créateur d’entreprise n’est pas encore prêt à se lancer, il existe d’autres formules (le portage salarial, la couveuse, la coopérative d’activité, etc.) qui lui permettront d’être porté juridiquement par une autre structure. Cette dernière est essentielle pour tester l’activité ou pour satisfaire une demande bien précise. Quelques conseils pour finir Avant de choisir convenablement le statut juridique d’une société, l’entrepreneur créateur d’entreprise doit :

– prendre en compte les différents critères et éviter de focaliser son choix sur un seul d’entre eux.

– accorder une lecture attentive aux différentes informations concernant le choix du statut juridique.

– comparer les différentes structures qui seront capables de répondre aux exigences de son projet. Elles sont : l’EIRL (entrepreneur individuel à responsabilité limitée), l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou SARL unipersonnelle), la SARL (société à responsabilité limitée), la SA (société anonyme), la SAS (société par actions simplifiée), la SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) et la SNC (société en nom collectif).